Allemagne : Les fruits rouges migrent sous abris !

Labinot Elshani (Landgard) et Volker Janssen (Frucht Janssen GbR) :
« De plus en plus de fraises cultivées en serre »

Partout dans le monde, les producteurs de fruits à baies couvrent leurs cultures et déplacent leur production sous abris. L’Allemagne ne fait pas exception à cette tendance. « La culture protégée en Allemagne est sans aucun doute à la hausse, et elle continuera d’augmenter à l’avenir « , déclare Labinot Elshani chez Landgard.


Labinot Elshani

En ce moment, la culture allemande de la fraise connaît de nombreux développements nouveaux et passionnants. Landgard – la plus grande organisation commerciale d’Allemagne – est à la pointe de cette innovation. Labinot Elshani, responsable du département produits frais de Landgard, et Volker Janssen, propriétaire de la société de culture Frucht Janssen GbR, ont répondu à quelques questions concernant le secteur allemand.

Labinot remarque une tendance chez les producteurs. « L’une d’entre elles est celle où la superficie consacrée à la culture sous abri ne cesse d’augmenter, en particulier grâce à l’utilisation de serres et de tunnels. En général, les détaillants allemands sont en faveur d’une prolongation de la saison des fraises en Allemagne. C’est pourquoi Landgard étudie actuellement la possibilité de commencer la saison plus tôt (à partir de mars). « On peut même imaginer qu’un jour viendra où les fraises seront disponibles en Allemagne toute l’année. »

Volker : « La culture protégée en Allemagne est sans aucun doute en hausse, et elle continuera d’augmenter à l’avenir, d’autant plus que la qualité est de plus en plus stable et que l’on dispose de meilleurs moyens pour contrôler le climat. Il y a aussi une demande de prolongation de saison de la part des clients. En raison des coûts élevés de l’énergie, des projets de culture éclairée n’ont toutefois pas encore été réalisés en Allemagne. Dans d’autres pays – à savoir la Belgique et les Pays-Bas – ils sont beaucoup plus avancés à cet égard. »

ajoute Labinot : « Les fraises belges et néerlandaises sont principalement vendues en pré-saison. Il est important pour nous d’utiliser une stratégie commerciale bien ciblée pour ces fraises de serre, une stratégie dans laquelle les intérêts de nos producteurs nationaux et la valeur de notre produit sont en quelque sorte pris en compte. »


Volker & Dominik Janssen

Variétés
« Cette année, nous avons une nouvelle variété appelée’Sonsation‘, explique Volker, que nous classons assez bien en termes de goût. La façon dont la variété se développera pendant la phase de culture doit encore être vue de première main. En ce qui concerne les températures estivales supérieures à la moyenne de 2018, nous avons noté que la variété «  Malling Centenary  » s’est très bien comportée. Nous regardons principalement la saveur et la coloration rouge pendant la récolte quand il s’agit de notre culture. Nos coûts de production sont nettement plus élevés que dans la plupart des pays du Sud. Nous devons également nous occuper des certifications prescrites pour les producteurs allemands. »

Ces circonstances obligent les gens à demander un prix plus élevé pour leur produit, ajoute Janssen. « Nous apprécions également les transports courts entre la culture et la vente au détail, ce qui nous permet de garantir une qualité maximale. C’est également ce qui est représenté dans la devise de notre entreprise :  » Le goût amer d’une qualité médiocre persistera longtemps après, tandis que la douceur d’un prix bas sera vite oubliée « .

Labinot Elshani : « Nos producteurs allemands accordent une attention particulière aux variétés savoureuses et attrayantes que l’on peut différencier des fruits importés. En outre, on cultive surtout des variétés à maturation précoce, parmi lesquelles le « Malling Centenary », comme l’a mentionné Volker. »

Expansion
Selon M. Labinot, la superficie utilisée pour les cultures protégées a augmenté au cours des dernières années au détriment de la superficie utilisée pour les cultures en plein champ, qui a diminué en conséquence. « En Rhénanie, nous avons actuellement 16 ha de culture en serre, 15 ha de culture sous abri en gouttières et en tunnels et 160 ha de culture en plein champ. »

« En plus de notre propre production allemande, nous proposons principalement à nos partenaires commerciaux des fraises néerlandaises, belges, égyptiennes et marocaines », conclut-il. « Parmi nos producteurs étrangers, on note aussi une attention accrue pour la culture sous abri. »

Pour plus d’informations :
Landdgard
www.landgard.de

Nina Keune
Nina.Keune@landgard.de

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other